1. Correction de l »exercice « traitement de l’information » du cours 7.

corrige-exercice

2. La synthèse : principe, démarche et astuces : voir mémo-sythèse ci-contre

Qu’est-ce qu’une synthèse ?

Définition : rendre compte de façon objective (= neutre), concise (brève pour prouver qu’on sait aller à l’essentiel) et ordonnée (un plan logique, construit) de plusieurs documents. Ces documents peuvent être des textes, des représentations (photos, graphiques etc).
La réalisation d’une synthèse revient à produire un nouveau document organisé et cohérent. Dans ce dernier, seront exposés des éléments essentiels et nécessaires pour informer son interlocuteur de façon concise. Ce but nécessite de réorganiser des savoirs existants pour élaborer une vue d’ensemble en réponse à un sujet donné.
Le résumé n’est pas une synthèse. Et la synthèse n’est pas un résumé. Le résumé concerne un texte, un document unique.
La synthèse se réalise à partir de documents multiples et d’une grande diversité de sources. Contrairement au résumé, qui part du texte, une synthèse répond d’abord à un destinataire. C’est en fonction du public visé que l’on conçoit une synthèse, en tenant compte de ses attentes, de ses besoins, de l’objectif visé.

L’introduction.

– Commencer par une phrase d’accroche qui éveille l’intérêt du lecteur. Cette phrase doit être en rapport avec le dossier dont il faut faire la synthèse. Mais éviter des formules banales telles que « Depuis la nuit des temps… Depuis toujours… A l’heure actuelle… ».
– Présenter le thème (la problématique) et le corpus.
– Indiquer enfin le plan (comme pour une dissertation). Rester clair et susciter la curiosité (donc ne pas donner de réponse, celle-ci ayant sa place dans la conclusion). On peut commencer par une phrase affirmative, puis continuer par une phrase interro-négative. Exemple : Certes, dans un premier temps nous … mais les documents proposés ne montrent-ils pas aussi que…

Le développement.

Il s’agit de confronter les documents en un développement. Les parties ne doivent pas être trop disproportionnées.
Il ne s’agit surtout pas de traiter les documents un par un ! Un document n’est donc jamais traité tout seul dans une partie.
Au début de chaque paragraphe, on donne l’idée développée, puis on se réfère très précisément aux différents documents qui doivent étayer l’idée annoncée dans la première phrase. Enfin, on termine le paragraphe par une courte phrase de bilan, de telle façon que rien qu’en lisant la 1ère et la dernière phrase des paragraphes on puisse suivre la progression de la pensée.
On se réfère constamment aux documents de façon précise. Donc un document est signalé de diverses façons : par le nom de son auteur, son titre (qui renvoient à la bibliographie, où figureront les références complètes).
Il faut plusieurs références par paragraphe, on peut citer deux ou trois fois un même document, mais sans excès.
Dans une synthèse, il s’agit de reformuler la pensée de l’auteur ; néanmoins les mots clés sont permis. On introduit ces références par des tournures comme : selon X…, d’après Y…, si l’on en croit Z… Les points de vue divergent, convergent, se complètent…

La conclusion.

Elle établit le bilan objectif de la synthèse, sans reprendre le plan. En 3 à 5 lignes on constate l’accord, le désaccord, l’incertitude des documents à propos du problème posé.

Méthodologie

1.    Etablir une problématique claire et concise.
2.    Relecture des documents sélectionnés, dans l’optique retenue précédemment.
3.    Etablir un tableau synthétique de l’ensemble des documents.
a.    Pour cela on commence par le premier document, que l’on inscrit dans la colonne de gauche. On indique sa date, son titre, sa nature et le nom de l’auteur. Ce sont autant de détails dont on pourra se servir aisément dans le développement. On inventorie ce premier document dans un tableau avec des colonnes, chacune étant surmontée d’un titre qui précise de quoi il est question dans cette colonne. On emploie donc plusieurs colonnes pour cela. Les notes mises dans ces cases correspondent à des passages que l’on a surlignés dans le document.
b.    Quand ce premier document a été inventorié, on passe au suivant…
4.    On établit un plan en fonction du tableau. On peut penser à des plans comme :
a.    Le plan thèse, antithèse, synthèse.
b.    Le plan explicatif : présentation des faits, leurs causes, leurs conséquences, les remèdes.
c.    Le plan historique (chronologique) ; Aujourd’hui (description), hier (ce qui explique cette situation, ses causes), demain (perspectives ou remèdes).
d.    Le plan « Quid et cetera… » : qui, quoi, à qui, comment, pourquoi…Exemple à propos des jeux de hasard : qui joue ? à quoi ? (typologie des différents jeux) pourquoi ?
e.    Le plan par fonctions : On classe différentes fonctions. Par exemple en répondant à la question : à quoi sert l’éducation ?
f.    Le plan par acteurs :  on s’intéresse aux différentes catégories de personnages concernés par l’objet du dossier.

(Fiche inspirée des sites suivants :
http://www.ac-strasbourg.fr/sections/enseignements/secondaire/pedagogie/les_disciplines/lettres/…/SyntheseMethodologie.rtf

http://savoirscdi.cndp.fr/metier/prepconcours/Blanquetresume/blanquet.htm)

Exercice.

Récuperez sur le web deux articles courts en lien avec votre sujet de blog. Essayez d’en extraire les principaux arguments et présentez-les dans la partie « fiches de lecture » de votre blog. Synthétisez ensuite les deux articles.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s